JardinPassion

JardinPassion

BIENVENUE sur le forum des amoureux de la NATURE et du JARDIN
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Eucalyptus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Guigui

avatar

Masculin Messages : 4028
Date d'inscription : 26/09/2010
Age : 44
Localisation : Dans mes rèves

MessageSujet: Eucalyptus    Mar 14 Déc 2010 - 17:35

J'ai trouvé un article tres interessant (du net BMarennes) :

Le vrai problème, c’est que l’Eucalyptus est de DEVELOPPEMENT RAPIDE, voire TRES RAPIDE !!! Dans de bonnes conditions, il atteint souvent sa taille adulte en 20 à 30 ans. Imaginez un chêne de 40 m dans votre jardin, 25 ans seulement après avoir semé le gland ! Il est donc important de bien choisir l’espèce et son emplacement.

Les conseils :
- Il est prudent d'éviter de le planter, à moins de 5 m pour les espèces de moins de 10 m, 10 m voire plus pour les autres, de la maison, tout à l'égout, zone d'épandage, lignes électriques, etc ... Car le développement (aérien et racinaire) est rapide, à très rapide !
- Il faut beaucoup de lumière. Les Eucalyptus se développent mal à l'ombre d'autres plantes. Ce sont presque tous des essences de lumière. Ils n'aiment pas la concurrence.
- Il faut planter petit, quitte à prendre le risque de voir la plante succomber au premier hiver. L'enracinement est nettement meilleur. Car les Eucalyptus chignonent en pot. Les racines, au développement rapide, tournent sur les parois intérieures du pot. Et il n'est pas rare de voir des Eucalyptus plantés à 3 ans, mourir subitement quelques années après. Car les racines du chignon, en prenant du diamètre, ont étranglé la base ... Briser le chignon est une solution, mais très relative. Car le système racinaire sera moins dense, et l'ancrage moins important, souvent sur seulement 2 ou 3 grosses racines principales !
- Les arrosages doivent être limités à la première année, voire la seconde en conditions sèches, plus du tout après ! Pour favoriser au maximum l'enracinement naturel, et ainsi un meilleur ancrage, mais également une plus grande résistance à la sécheresse. Lors de la première année, si le feuillage donne des signes de dessèchement, cela peut-être le signe qu'il faut arroser. Si les jeunes pousses baissent la tête l'après-midi par forte chaleur, mais que le lendemain matin elles sont redressées, ne pas arroser, ça va encore ! Pour une plantule 15 L par semaine, en période difficile, est généralement suffisant. C'est de la survie pas de l'assistance à la croissance, sinon bonjour la corvée et la note d’eau ! Généralement après 1 ou 2 ans, s'il est bien installé, l'Eucalyptus exprime pleinement toute sa vigueur, sauf en milieu très sec ou sol superficiel ...
- Pour renforcer éventuellement la stabilité, l'enracinement, et donc la résistance au vent, on peut rabattre au pied (ceux qui rejettent !) au 3ème PRINTEMPS, et sélectionner la ou les meilleures pousses l'année suivante. Mais il faut tout de même se souvenir que c'est un arbre persistant, et qu'il garde une importante prise au vent en toute saison, et surtout la plus venteuse, l’hiver !

L’endurcissement est très important pour les Eucalyptus. Mais il ne faut pas (oups, j'avais oublié le pas !) espérer de miracle, une espèce gélive ne va pas par miracle résister à -15°C.
Extrait de la « Lettre d’information semestrielle eucalyptus » numéro 1 – septembre 2003 de l’AFOCEL
« QUELS FROIDS ?
La résistance au froid est un mécanisme complexe. La température minimum absolue est un paramètre essentiel. Mais elle doit être pondérée par la durée du froid. Car un seul pic nocturne peut être moins néfaste qu’une période de plusieurs nuits à basse température. L’état physiologique des plants est aussi essentiel. L’arrivée progressive du froid va permettre aux plantes de développer des stratégies d’adaptation physiologique (endurcissement). L’arrivée brutale du froid (gel tardif de printemps ou précoce de fin d’automne), alors que les plants n’y sont pas préparés, peut provoquer des dégâts supérieurs à un froid hivernal plus intense. Dans le cas de l’eucalyptus, c’est aussi le développement des plants qu’il faut considérer. Plus les arbres sont grands et moins ils seront sensibles. Car les couches d’air les plus froides sont les plus proches du sol. De plus, passé un certain âge, la souche pourra rejeter si la tige a gelé. En définitive, le risque gel est surtout important dans les premières années qui suivent la plantation. Car les plants ne sont pas encore assez forts. Passées 2 ou 3 années, les plants gèleront mais rejetteront de souche. »
Ce qu’il faut retenir :
Des nuit fraîches (+2 à -2°C sous abri pour les espèces montagnardes, subalpines et alpines) à l’automne favorisent l’endurcissement, avant des coups de froid plus important au cours de l’hiver. Des nuits fraîches se produisant régulièrement pendant la période potentiellement froide maintiennent cet endurcissement. Car de longues périodes douces et humides tendent à lever la dormance. Des gelées tardives au printemps peuvent également être très néfaste. Car la dormance est levée par la remontée des températures et l’allongement de la durée du jour.
Les longues périodes de gel avec temps sec et venteux (type de temps inconnu en Australie) sont très néfastes aux Eucalyptus. Car le feuillage perd beaucoup d’eau, alors que les racines peinent a compenser cette perte. Et le gel pénètre les tissus de plus en plus profondément au fil des jours. Suite à cela, on peut voir des arbres au feuillage entièrement grillé, avec des repoussent à travers l’écorce au printemps. Ce point vaut probablement aussi pour les palmiers, sauf que là, il n’y a pas de repousse à travers l’écorce ...
En plus des problèmes d’identification (espèce ou souche), et d'endurcissement, cela peut expliquer les surprises avec des sujets gelés à des températures parfois bien éloignées du minimum connu pour l’espèce. D’autant que les Eucalyptus n’atteignent généralement leur meilleur résistance au gel, que lorsqu’ils ont leur feuillage adulte, soit le plus souvent après 2 ou 3 années.


Genre espèce (sous-espèce) : taille maxi (Mallee arbre ou arbuste poussant en touffe avec plusieurs troncs, Mallet arbre ou arbuste au tronc fourchant et se divisant rapidement), rejette de souche ou pas (intéressant après le gel !) ; origine. Résistance au gel. J'ai, j'ai eu. Vu à . Observation(s).

Les températures s'entendent à +10 cm au-dessus du sol en atmosphère libre ... (rajout le 11/01/2010 à 16:51)

Eucalyptus acaciiformis : petit à moyen jusqu’à 20 m, rejette de souche ; aire limitée aux Plateaux du Nord-Est de la Nouvelle Galles du Sud, presque jusqu’à la frontière avec le Queensland, sur les crêtes et les pentes, sur des sols pauvres et peu épais. Résistant jusqu’à -12°C. Proche cousin d’E. nicholii.

Eucalyptus aggregata : petit à moyen jusqu’à 20 m, rejette de souche ; plateaux et vallées souvent marécageux du Centre-Est de la Nouvelle Galle du Sud, et une zone isolée du Centre du Victoria, dans la région entre Woodend et Gisborne. Résistant jusqu'à -12, voire -15°C. J'ai eu. Mais j'ai dû l'arraché, mal placé dans le futur potager ! Certainement prometteur en zone fraîche et humide, résiste tout de même assez bien à la sécheresse. Il est très semblable à l’espèce tasmanienne E. rodwayi, mais présente un tronc souvent plus court et tortueux, avec un houppier plus ouvert.

Eucalyptus alaticaulis : voir E. cypellocarpa.

Eucalyptus albens : petit à moyen jusqu’à 25 m, rejette de souche ; flanc Ouest de la Cordillère Australienne, sur les pentes douces et dans les vallées, depuis le Sud du Queensland, à travers la Nouvelle Galle du Sud, jusqu’au Nord-Est du Victoria. Résistant à la sécheresse, moins au gel -7, voire -12°C ? J’ai eu, mais a succombé à son premier hiver en terre 2008/2009 … Vu sur les îles d'Aix et d'Oléron.

Eucalyptus alpina : espèce supprimée, car les échantillons prélevés pour l’identification proviennent probablement d’un hybride entre E. baxteri et, E. serraensis ou E. verrucata, deux nouvelles espèces décrites en 1993. On peut trouver sous ce nom (E. alpina) les deux nouvelles espèces E. serraensis et E. verrucata.

Eucalyptus amplifolia : petit à moyen jusqu’à 30 m, rejette de souche ; plateaux et plaines de l’Est de la Nouvelle Galle du Sud jusqu’au Sud du Queensland. Résistant jusqu’à -8/-10°C. J’ai eu en pot …

Eucalyptus amygdalina : petit à grand jusqu’à 35 m, rejette de souche ; endémique de la Tasmanie, disséminé dans la moitié Est, la plus sèche, à basse et moyenne altitude, depuis les régions côtières et dans l’intérieur jusque sur les flancs des plateaux, sur des sols drainants. Résistant jusqu’à -10°C, peut-être moins ? Assez résistant à la sécheresse.

Eucalyptus andrewsii : petit à grand jusqu’à 45 m, rejette de souche ; depuis les Plateaux du Nord de la Nouvelle Galle du Sud, jusqu’au Queensland, ou il est devient disséminé dans la Cordillère Australienne. Résistant jusqu’à -5°C, peut-être moins ?

Eucalyptus angulosa : petit jusqu’à 5 m (Mallee), rejette de souche ; côte Sud de l'Australie Méridionale et Occidentale. Résistant jusqu'à -5°C, voire -8°C si froid bref ! J'en ai eu un, perdu par -6°C sous abri (-9,7°C au sol), avec une journée sans dégel, et sur sol très humide ... Il a besoin d’un sol drainant. Il supporte la sécheresse. Mais il nécessite une atmosphère assez humide (origine côtière).

Eucalyptus apiculata : petit jusqu’à 6 m (Mallee), rejette de souche ; endémique de la Nouvelle Galle du Sud, sur le Plateau Central, sur des sols dérivés du grés, depuis l’Est de Rylstone, vers le Sud jusqu’à Berrima. Résistant jusqu’à -10°C.

Eucalyptus approximans : petit jusqu’à 6 m (Mallee), rejette de souche ; plateaux du Nord de la Nouvelle Galle du Sud et du Sud du Queensland voisin, sur des affleurements granitiques. Résistant jusqu’à -10/-12°C.

Eucalyptus archeri : petit à moyen jusqu’à 12 m (Mallee parfois), rejette de souche ; endémique de la Tasmanie, hautes terres du Nord, généralement au-dessus de 1000 m, jusqu’à 1400 m à la limite des arbres, pousse dans des poches tourbeuses entre les rochers, sur ou directement au-dessous des zones escarpées. Résistant jusqu’à -15°C, peut-être moins ? Proche cousin d’E. gunnii ou sous-espèce en cours d’étude. Il est plus petit à tout point de vu, ne présente généralement pas de parties glauques, ni de pruine. Vu son origine alpine, il est peut-être intolérant aux fortes chaleurs et à la sécheresse ?

Eucalyptus aromaphloia : petit à moyen jusqu’à 20 m, rejette de souche ; endémique du Victoria, présent principalement à l’Ouest d’une ligne Daylesford et Anglesea, à l’Ouest jusqu’à Casterton. Résistant jusqu’à -10°C. Assez résistant à la sécheresse. L’écorce est parfumée.

Eucalyptus ‘Baby blue’ : forme horticole d’E. pulverulenta. Moins résistant que la forme type, jusqu’à -8/-10°C.

Eucalyptus badjensis : petit à grand jusqu’à 45 m, rejette de souche ; aire limitée à la face Est des Plateaux du Sud de la Nouvelle Galle du Sud, depuis Big Badja, au Sud jusqu’à Cathcart. Résistant jusqu’à -10/-12°C.

Eucalyptus baeuerlenii : petit à moyen jusqu’à 20 m (Mallee pafois), rejette de souche ; distribution disjointe depuis les Montagnes Bleues de Nouvelle Galle du Sud, au Sud jusqu’au Parc National de Deua. Résistant jusqu’à -11°C.

Eucalyptus banksii : petit à moyen jusqu’à 20 m, rejette de souche ; arbre rare des plateaux du Nord de la Nouvelle Galle du Sud, sur le flanc Ouest de la Cordillère Australienne, sur des sols granitiques. Résistant jusqu’à -7°C ?

Eucalyptus barberi : petit jusqu’à 8 m (Mallee), rejette de souche ; endémique de la Tasmanie, dans l’Est, sur les collines et les chaînes côtières, entre 100 et 500 m, toujours en dehors des zones strictement marécageuses, souvent dans des sols pierreux. Résistant jusqu’à -8°C. Assez résistant à la sécheresse.

Eucalyptus baxteri : petit à grand jusqu’à 40 m, rejette de souche ; présent depuis l’île Kangourou, la Chaîne des Monts Lofty et le Sud-Est de l’Australie Méridionale, le Sud du Victoria, jusqu’à l’extrême Sud-Est de la Nouvelle Galle du Sud, sur des sols bien drainés, relativement peu fertiles, et acides. Résistant jusqu’à -5°C, voire moins ? Il n’aime pas avoir les pieds dans l’eau, est assez résistant à la sécheresse, mais nécessite une atmosphère humide. A réserver aux régions côtières douces.

Eucalyptus bicostata : voir E. globulus ssp. bicostata .

Eucalyptus blakelyi : petit à moyen jusqu’à 25 m, rejette de souche ; vallées et plateaux du Nord et de l'Ouest de la Cordillère Australienne depuis le Victoria jusqu'au Queensland, souvent dans des dépressions inondées saisonnièrement. Résistant jusqu'à -8°C, peut-être -10°C ? J'ai. Vu sur l'île d'Oléron.

Eucalyptus blaxlandii : moyen à grand jusqu’à 35 m, rejette de souche ; depuis les Plateaux du Centre de la nouvelle Galle du Sud, jusqu’au Nord des Plateaux du Sud, sur des sols dérivés du grés. Résistant jusqu’à -10°C.

Eucalyptus botryoides : moyen à grand jusqu’à 40 m, rejette de souche ; sur la côte Sud de la Nouvelle Galle du Sud, jusqu’à la rivière Hunter au Nord, et l’Est du Victoria, l’Est du Gippsland, généralement sur des sols sableux avec de l’eau en profondeur. Résistant jusqu’à -7°C ? Tolère les embruns.

Eucalyptus bridgesiana : petit à moyen jusqu’à 30 m, rejette de souche ; plateaux et vallées de la Cordillère Australienne de la moitié Est du Victoria, à l’extrême Sud-Est du Queensland. Résistant jusqu'à -8/-11°C. J'ai. Vu sur l'île d'Oléron et à Florama 64. Il résiste assez bien à la sécheresse, et au calcaire. Feuillage juvénile parfois présent dans les bouquets.

Eucalyptus brookeriana : petit à grand jusqu'à 50 m, rejette de souche ; en Tasmanie dans les parties les plus arrosées du tiers Est, ainsi que le Nord-Ouest, et au Victoria, sur le Bullarto plateau (Ouest de la Cordillère Australienne). Résistant jusqu'à -10°C, voire -13°C ? Vu sur l'île d'Aix et Florama 64. Résiste assez bien à la sécheresse malgré son origine. Il a une espèce proche E. strzeleckii (récemment décrite en 1992), dont les populations étaient avant incluses dans E. brookeriana. Cette espèce est présente dans le Sud du Gippsland dans la Chaîne Strzeleckii, et aussi dans la Chaîne Otway.

Eucalyptus caleyi : petit à moyen jusqu’à 30 m, rejette de souche ; éparpillé, habituellement sur des sols caillouteux, depuis les environs de Denman dans la Hunter vallée, en Nouvelle Galle du Sud, vers le Nord à travers les Plateaux du Centre et du Nord, jusqu’à la région d’Inglewood-Warwick-Girraween à l’extrême Sud-Est du Queensland. Résistant jusqu’à -5°C.

Eucalyptus camaldulensis var. camaldulensis : aussi encore parfois appelé E. rostrata, moyen à grand jusqu’à 45 m, rejette de souche ; présent dans tout l'intérieur du tiers Sud-Est de l'Australie (Australie Méridionale, Victoria, Nouvelle Galle du Sud et Queensland), en plaine, près des points d'eau et des rivières. Résistant jusqu'à -7/-8°C, mais n'aime pas les journées sans dégel ! J’ai eu. Mais il gelait trop souvent. Et la souche devenaient instable. Alors je l’ai arraché. Vu sur les îles d'Oléron et de Ré, au Pays-Basque, et sur le pourtour méditerranéen. Résiste très bien à la sécheresse, s'il a de l'eau en profondeur ou une saison humide suffisante. Un des Eucalyptus les plus plantés au monde, en climat tropical à saison sèche ,et en climat méditerranéen, mais avec de nombreuses souches d’origine très différente.

Eucalyptus camphora : petit à moyen 10 à 30 m, rejette de souche ; présent dans les zones marécageuses des hautes plaines et vallées de la Cordillère Australienne, du Sud-Est du Queensland à la moitié Est du Victoria. Résistant jusqu'à -14°C. J'ai. Vu au Pays-Basque. Il résiste assez bien à la sécheresse. Certainement prometteur en zone fraîche et humide.

Eucalyptus cephalocarpa : petit à moyen jusqu’à 20 m, rejette de souche ; présent dans le Victoria, depuis Malmsbury, Kinglake et la Péninsule de Mornington, vers l’Est jusqu’à Mallacoota, s’étendant jusqu’en Nouvelle Galle du Sud dans la Réserve Naturelle de Nadgee et dans l’Est de la forêt d’Etat de Boyd, sur des sols sableux et peu fertiles. Résistant jusqu’à -10°C. Il aime les sols bien drainés, et résiste assez bien à la sécheresse. Proche cousin d’E. cinerea, mais à boutons et fruits par 7 (au lieu de 3 pour E. cinerea).

Eucalyptus chapmaniana : moyen à grand jusqu’à 40 m, rejette de souche ; Nord de la Cordillère Australienne depuis le Victoria, dans les environs de Jamieson, au Sud de la Nouvelle Galle du Sud, jusqu’à Khancoban, à l'étage montagnard et sub-alpin, sur des sols bien drainés, mais bien arrosés. Résistant jusqu’à -10°C, peut-être moins ! J'ai un descendant, d'un sujet biarrot, qui a hélas disparu depuis. Mais le mien ne présente pas encore l'écorce persistante sur le tronc. Serait-il hybridé avec E. dalrympleana ou E. rubida, ses voisins biarrots ? Il a passé -8°C sous abri (-9,7°C au sol) sans aucun problème, même sans dégel. Et il résiste assez bien à la sécheresse. Il pousse comme une fusée !

Eucalyptus cinerea : petit à moyen jusqu’à 16 m, rejette très bien de souche ; sur les Plateaux du Centre et du Sud, ainsi que les vallées vers l’Ouest, de la Nouvelle Galle du Sud, jusqu'au Nord du Victoria, entre Wodonga et Beechworth. Résistant jusqu'à -10/-12°C. J'ai eu. Mais j'ai dû l'arraché, mal placé dans le futur potager ! Vu sur la côte Atlantique de la Bretagne au Pays-Basque, ainsi que sur les bords de la Méditerranée, mais aussi dans l'intérieur Val de Garonne, Landes ... Assez résistant à la sécheresse. Ses rameaux juvéniles sont très utilisés pour agrémenter les bouquets.

Eucalyptus coccifera : petit à moyen jusqu’à 15 m (Mallee parfois), parfois plus en culture dans de bonnes conditions ! Rejette de souche. Endémique de la Tasmanie, à l'étage sub-alpin et alpin (typiquement entre 700 et 1200 m), marque la limite des arbres. Résistant jusqu'à -14°C, voire moins ? J'ai un sujet issu de graines achetées sous ce nom. Mais il n'en présente pas les caractéristiques ... Vu un grand sujet à Brest, au Conservatoire Botanique National Vallon du Stang-Alar. Il n'aime pas avoir les pieds dans l'eau, et n'aime pas non plus la sécheresse, ni les fortes chaleurs estivales, pas étonnant vu son origine montagnarde !

Eucalyptus cordata ssp. cordata (rameaux de section ronde): petit jusqu’à 6 m (Mallee bien souvent), rejette de souche ; Sud-Est de la Tasmanie, principalement à l'Est de la rivière Derwent, sur des sols drainant. Résistant jusqu'à -10/-12°C, voire -15°C ? J'ai. Vu sur l'île d'Aix, et probablement en Bretagne. Il supporte temporairement d’avoir les pieds dans l'eau, et résiste assez bien à la sécheresse.

Eucalyptus cordata ssp. quadrangulosa (rameaux de section carrée): petit à moyen jusqu’à 18 m, rejette de souche ; Sud-Est de la Tasmanie, principalement à l'Ouest de la Derwent rivière, sur des sols peu drainant. Résistant jusqu'à -10/-12°C, voire -15°C ? Cette sous-espèce est probablement plus exigeante en pluie, et plus intolérante à la sécheresse que ssp. cordata.

Eucalyptus cosmophylla : petit jusqu’à 10 m (Mallee), rejette de souche ; endémique de l’Australie Méridionale, Ile Kangourou et la chaîne des Monts Lofty, sur des sols sableux, ou en altitude sur des sols rocailleux mal drainés. Résistant jusqu’à -5/-8°C. Résistant à la sécheresse.

Eucalyptus crenulata : petit à moyen jusqu’à 12 m, rejette de souche ; aire très limitée dans deux zones au Centre du Victoria, l’une dans la plaine marécageuse le long de la rivière Archeron, entre Buxton et Narbethong, l’autre dans la plaine fertile sur les bords de la rivière Yarra, au Sud de Yarra Glen. Résistant jusqu'à -10, voire -15°C. Vu à Florama 64. Superbe feuillage juvénile, petit et argenté, persistant sur les arbres adultes. Certainement prometteur en zone fraîche et humide.

Eucalyptus cypellocarpa : moyen à grand jusqu’à 65 m, rejette de souche ; disséminé dans l’Est du Victoria, au Sud de la Cordillère Australienne, s’étendant vers le Nord, en Nouvelle Galle du Sud, jusqu’à Armidale, sur les chaines côtières et dans les vallées ; et également dans les Grampians, à moins que ce ne soit une espèce proche, plus petite jusqu’à 30 m, mais dans un milieu plus irrégulièrement arrosé, E. alaticaulis, avis divergeant selon les botanistes … Résistant jusqu’à -8°C, voire -10°C ? Pour les régions bien et régulièrement arrosées, mais non inondables.

Eucalyptus dalrympleana : feuilles juvéniles rondes, feuilles adultes vertes, parfois gris-vert, brillantes, parfois ternes, rameaux parfois pruineux, moyen à grand jusqu’à 40 m, rejette de souche ; régions montagneuses depuis le Sud-Est du Queensland, l’Est de la Nouvelle Galle du Sud, le Victoria, ainsi que le Sud-Est de l’Australie Méridionale, avec la Chaîne des Monts Lofty, et les hautes plaines et plateaux de Tasmanie. Résistant jusqu’à -12/-14°C, exceptionnellement -17°C ? Vu sa vaste aire de répartition et le fait qu’il s’hybride avec ses cousins, de fréquentes confusions existent, en particulier avec E. viminalis (étage plus bas), moins résistant au gel, et E. rubida (étage supérieur) plus petit, mais au moins aussi résistant au gel. J’ai eu, mais mal placé à l’Ouest de la maison ... Assez résistant à la sécheresse. Vu au Pays-Basque, Ile d’Aix, sur la côte Atlantique. Probablement en plantation dans le Sud-Ouest et sur le pourtour méditerranéen.

Eucalyptus deanei : moyen à grand jusqu’à 65 m, rejette de souche ; aire disjointe en Nouvelle Galle du Sud depuis Picton, vers le Nord jusqu’à à peu près Singleton, et depuis le Sud-Est d’Armidale, jusqu’à l’extrême Sud-Est du Queensland, dans les vallées et sur les pentes des régions bien arrosées. Résistant jusqu’à -10°C.

Eucalyptus debeuzevillei : voir E. pauciflora ssp. debeuzevillei .

Eucalyptus delegatensis : moyen à grand jusqu’à 50, voire 90 m, ne rejette pas de souche, sauf peut-être lorsqu’il est jeune ; présent dans les hautes montagnes du Sud de la Nouvelle Galle du sud et de l’Est du Victoria (habituellement entre 1000 à 1300m), ainsi que les terres plus basses (400 à 900m) en Tasmanie, à l’étage juste au-dessous d’E. pauciflora. Résistant jusqu’à -12°C, voire-15°C ? J’ai eu, mais n’a pas résisté à mon sol parfois gorgé d’eau l’hiver ... Vu probablement à Brest au Conservatoire Botanique National. Il aime les arrosages réguliers, mais n’apprécie guère d’avoir les pieds dans l’eau, ni la sécheresse.

Eucalyptus dendromorpha : petit à moyen jusqu’à 30 m, ne rejette pas de souche ? ; endémique de la Nouvelle Galle du Sud, sur les Plateaux et dans les plaines depuis les Montagnes Bleues, vers le Sud jusqu’à Budawang au Sud-Est de Braidwood. Résistant jusqu’à -8°C.

Eucalyptus denticulata : moyen à grand jusqu'à 35 m, ne rejette pas de souche, sauf peut-être quand il est encore jeune, mais il a des bourgeons épicormiques ; forêts humides de l’extrême Sud-Est de la Nouvelle Galle du Sud, au Sud de Bombala, et les hautes terres de l'extrême Est du Victoria, sur le Plateau d’Errinundra, juste au-dessus de l’Est du Gippsland. Résistant jusqu'à -10°C, voire moins ! J'ai de semi, à la place d'E. nitens, un de ses cousins. Malgré son origine, il semble tolérer assez bien la sécheresse, mais la croissance s'en ressent, nettement moins de 1 m par an …

Eucalyptus deuaensis : petit jusqu’à 4 m (Mallee), rejette de souche ; une espèce rare, connue seulement à partir d’un petit groupe, près de la Montagne Mongamulla, dans le Parc National de Deua, au Sud de la Nouvelle Galle du Sud, pousse sur les crêtes, entre les rochers. Résistant jusqu’à -10°C.

Eucalyptus dives : petit à moyen jusqu’à 20 m, rejette de souche ; disséminé depuis le Sud des Plateaux du Nord de la Nouvelle Galle du Sud, la région de Niangala, jusqu'au Centre et à l’Est du Victoria, pousse sur les collines et les montagnes, à basse et moyenne altitude, dans des sols pauvres et superficiels, drainants, mais bien arrosés. Résistant jusqu'à -12°C. J'ai eu. Mais il n'a pas apprécié d'avoir les pieds dans l'eau l’hiver ... Il semble assez résistant à la sécheresse. Son feuillage est très aromatique !

Eucalyptus dunnii : moyen à grand jusqu’à 50 m, rejette de souche ; aire limité depuis l’Ouest de Coff Harbour, en Nouvelle Galle du Sud, dans la chaîne de Nymboida, ainsi que les chaînes frontières avec l’extrême Sud-Est du Queensland, comme Mont Mitchell, Spicer’s Gap, près de Killarney et au Sud de Canungra. Résistant jusqu’à -8/-10°C.

Eucalyptus elata : petit à grand jusqu’à 50 m (Mallee parfois), rejette de souche ; habituellement sur des sols alluviaux associés aux rivières des chaînes côtières, parfois sur les crêtes rocheuses, depuis l’Ouest de Sydney en Nouvelle Galle du Sud, vers le Sud jusqu’au Gippsland dans l’Est du Victoria. Résistant jusqu’à -10°C. Il apprécie les régions bien arrosés, ou les sols frais, mais n’aime pas les inondations prolongées, ni la sécheresse.

Eucalyptus elliptica : petit à moyen jusqu’à 20 m, rejette de souche ; principalement dans la région de Bendemer et de Walcha sur les Plateaux du Nord de la Nouvelle Galle du Sud, d’où il est endémique, sur des affleurements granitiques. Résistant jusqu'à -10, voire -15°C ? Vu à Perpignan.

Eucalyptus eugenioides : petit à moyen jusqu’à 25 m, rejette de souche ; sur les plateaux et les chaînes côtières depuis les environs de Wyndham au Sud de la Nouvelle Galle du Sud, s’étendant vers le Nord plus dans l’intérieur dans le Sud-Est du Queensland, aussi Nord que Kroombit Tops, et avec une population isolée plus dans l’intérieur à l’Ouest, en amont de la rivière Maranoa dans la région montagneuse de la Cordillère Australienne, en particulier sur le plateau de Consuelo, également une population isolée dans le Victoria, en amont de la rivière Sandy au Sud de Tallangatta. Il préfère les sols profonds, fertiles, et drainants. Résistant jusqu’à -10°C.

Eucalyptus eximia : de son nouveau nom Corymbia eximia depuis 1995 (avec sa forme horticole C. eximia nana), petit à moyen jusqu’à 20 m, rejette de souche ; endémique de la Nouvelle Galle du Sud, présent depuis l’Ouest de Nowra, sur la côte, vers le Nord, en passant aux pied des Montagnes Bleues, jusqu’à la Hunter vallée, mais pas plus au Nord. Résistant à peine à de brèves et faibles gelées. Superbe floraison. A réserver aux zones les plus douces du littoral méditerranéen, voire Pays-Basque et Bretagne. Probablement plus tolérant à l’humidité que C. ficifolia.

Eucalyptus fastigata : moyen à grand jusqu’à 60 m, ne rejette guère de souche ! Présent dans les montagnes bien arrosées de Nouvelle Galle du Sud, depuis le Plateau de Dorrigo vers le Nord, et jusqu’à l'Est du Victoria, sur le Plateau d’Errinundra. Résistant jusqu'à -12°C. Plutôt intolérant à la sécheresse.

Eucalyptus ficifolia : de son nouveau nom Corymbia ficifolia depuis 1995, petit jusqu’à 10 m, parfois plus en culture, rejette de souche ; endémique de l’Australie Occidentale, régions proches de la côte au Sud-Est de Perth, depuis les Monts Frankland et Walpole, vers l’Est jusqu’à Albany et la Chaîne de Stirling. Résistance jusqu’à -1°C, -3/-4°C si sec et très bref ! J’en ai eu un. Mais il est mort gelé, dés son premier hiver. Il était devenu trop gros pour rester en pot. Vu en Corse. Superbe floraison, le plus souvent rouge. Probablement l’ « Eucalyptus » à fleurs colorées le plus planté au monde. A réserver aux zones les plus douces du littoral méditerranéen, de Bretagne et du Pays-Basque.

Eucalyptus fraxinoides : moyen à grand jusqu’à 40 m, ne rejette pas de souche ; sur les Plateaux du Sud et les chaînes côtières du Sud-Est de la Nouvelle Galle du Sud, au Sud de Sassafras, jusqu’aux collines plus basses de l’extrême Est du Victoria, sur la Chaîne Howe, dans la région inhabité du Cap Howe. Résistant jusqu’à -8°C. Il aime les régions bien et régulièrement arrosées, mais avec un sol bien drainé. Il n’aime pas la sécheresse !

Eucalyptus gillii : petit jusqu’à 8 m (Mallee), rejette de souche ; répartition morcelée, principalement dans la Chaîne de Flinders en l’Australie Méridionale, également dans la Chaîne de Barrier au Nord de Broken Hill dans l’Ouest de la Nouvelle Galle du Sud. Résistant jusqu’à -5°C ? Résistant à la sécheresse. A réserver aux zones les plus douces du pourtour méditerranéen.

Eucalyptus glaucescens : petit à grand jusqu'à 50 m (Mallee parfois), rejette de souche ; présent sur les hautes terres, bien drainées, du Sud-Est de la Nouvelle Galle du Sud, comme la Montagne Tidbindilla (Territoire de la Capitale Australienne) et la Chaîne de Tinderry, et à l'Est du Victoria, comme Tingiringi, et le Mont Erica. Résistant jusqu'à -15°C. J'ai. Il résiste assez bien à la sécheresse. Le feuillage est parfumé.


Revenir en haut Aller en bas
Guigui

avatar

Masculin Messages : 4028
Date d'inscription : 26/09/2010
Age : 44
Localisation : Dans mes rèves

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 14 Déc 2010 - 17:36

Suite

Eucalyptus globulus ssp. bicostata (= E. bicostata) : inflorescence sur un court pédoncule, boutons par 3 sessiles, moyen à grand jusqu’à 60 m, rejette de souche ; montagnes et plateaux principalement au Nord de la Cordillère Australienne, au Sud de la Nouvelle Galle du Sud, et au Victoria, ou il y a également 3 autres populations isolées : dans la région de Daylesford, dans les Chaînes des Pyrénées et d’Otway, également une petite population en Australie Méridionale, au Mont Bryan. Résistant jusqu'à -10°C. J'ai, enfin si c’est bien lui. Car il n’a encore jamais fait de boutons. Il se fait geler au moins un hiver sur deux, et est très attaqué pas les psylles ! C’est la sous-espèce la plus résistante à la sécheresse, et au gel pour seulement quelques degrés. Le feuillage est parfumé, encore plus au stade juvénile.

Eucalyptus globulus ssp. globulus (= E. globulus) : bouton solitaire, rarement par 3, moyen à grand jusqu'à 70 m, rejette de souche ; basses terres de Tasmanie, les îles du détroit de Bass, et les zones côtières du Victoria, avec la Chaîne Otway, et le Sud du Gippsland, avec la Chaîne Strzeleckii et Wilson Promontory. Résistant jusqu'à -6/-8°C, selon l’âge et l’endurcissement, exceptionnellement moins ! Mais il supporte mal les journées sans dégel, en particulier avec un vent desséchant. J'ai. Vu sur les îles de Ré, Oléron et Aix, ainsi qu'en Bretagne, au Pays-Basque, et sur le pourtour méditerranéen, mais aussi à Surgères et Tarbes ! Assez résistant à la sécheresse. C’est un des Eucalyptus les plus plantés au monde en climat méditerranéen suffisamment humide, ainsi qu’en climat tempéré doux, et en climat tropical d’altitude. C'est mon préféré et celui qui a entraîné ma passion pour les Eucalyptus. Le feuillage est parfumé, encore plus au stade juvénile.

Eucalyptus globulus ssp. maidenii (= E. maidenii) : boutons par 7, moyen à grand jusqu'à 50 m, rejette de souche ; dans l’extrême Est du Victoria, sur les chaînes en retrait de la côte des parties amonts des rivières Cann et Genoa, s’étendant vers le Nord jusqu’aux environs d’Araluen en Nouvelle Galle du Sud. Il pousse sur les pentes bien drainées. Résistant jusqu'à -7°C, voire -9°C. J'ai eu. Mais ils gelaient trop souvent. Un sujet m'a quand même fait des boutons par 7 caractéristiques, 1 an et demi après le semi ! Vu en Corse. Assez résistant à la sécheresse. Le feuillage est parfumé, encore plus au stade juvénile.

Eucalyptus globulus ssp. pseudoglobulus (= E. pseudoglobulus) : inflorescence sur un court pédoncule, boutons par 3 sur un court pédicelle, moyen à grand jusqu'à 45 m, rejette de souche ; distribution côtière ou près de la côte, depuis le Gippsland dans l’Est du Victoria, et vers l’Est en Nouvelle Galle du Sud jusqu’à la région de Nadgee. Des populations isolées existent dans la région des Gorges de Lerderderg, et sur l’île de Rodondo au Victoria. Résistant jusqu'à -5/-8°C ? Vu en Corse et au Conservatoire Botanique National de Brest. Assez résistant à la sécheresse. Le feuillage est parfumé, encore plus au stade juvénile.

Eucalyptus goniocalyx : petit à moyen jusqu'à 16 m, rejette de souche ; disséminé sur les plateaux et collines depuis de le Nord de la Nouvelle Galle du Sud, la région de Mudgee, jusqu'au Centre-Ouest du Victoria, la Chaîne Black et près du Mont Arapiles, principalement dans les parties les plus sèches du Nord et de l’Ouest de la Cordillère Australienne, également dans le Nord des Monts Lofty et le Sud des Chaînes de Flinders en Australie Méridionale. Résistant jusqu'à -8/-9°C. Vu sur l'île d'Aix. Résistant à la sécheresse et assez tolérant au calcaire.

Eucalyptus gregsoniana (= E. pauciflora var. nana) : petit 4 m (Mallee), rejette de souche ; distribution disjointe, au Nord-Ouest de Newnes Junction dans les Montagnes Bleues à l’Ouest de Sydney, et plus au Sud, près de Mongarlowe sur les Plateaux du Sud de la Nouvelle Galle du Sud. Résistant jusqu'à -15°C ? J'ai eu. Mais il n’a pas apprécié d’avoir les pieds dans l’eau l’hiver. Vu au Conservatoire Botanique National de Brest. Il n'aime pas avoir les pieds dans l'eau, mais n'est pas pour autant très résistant à la sécheresse.

Eucalyptus gundal (hybride E. gunnii X E. dalrympleana) : petit à moyen jusqu’à 30 m, peut-être plus ! Rejette de souche. Hybride sélectionné par l'AFOCEL pour la production de pâte à papier. Vous pouvez rechercher les fiches de l’AFOCEL le concernant sur le Net. Résistance jusqu'à -14°C, voire moins ! J'ai un F2. Vu principalement dans le grand Sud-Ouest : Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Supporte bien les sols argileux, d'avoir temporairement les pieds dans l'eau, et la sécheresse, si le sol n’est pas trop superficiel, et un peu le calcaire. Attention, il est possible de rencontrer des formes différentes, puisqu’il y a eu plusieurs hybrides multipliés par bouture ou culture en laboratoire.

Eucalyptus gunnii : petit à moyen jusqu’à 25 m, parfois plus en culture ! Rejette de souche ; endémique de la Tasmanie, occupe les sites mal drainés des régions des hautes terres froides (entre 500 et 1200 m). Il existe officiellement 2 sous-espèces (avec des intermédiaires) : ssp. gunnii, forme plutôt verte et peu glauque, qui est la plus courante naturellement, c’est la forme type, et aussi ssp. divaricata forme glauque du Centre de la Tasmanie (généralement entre 800 et 1200 m), mais elle est en situation critique dans son milieu par manque de régénération. Résistant jusqu'à -14, voire -18°C ! J'ai. C'est l'espèce la plus vendue pour les climats frais et humides. On peut la rencontrer, au moins temporairement, presque partout en France, en plaine, et jusqu’en basse montagne. Elle est très adaptable, et supporte d'avoir temporairement les pieds dans l'eau, ainsi que la sécheresse passagère. Tolère un peu le calcaire. Mais il y a de nombreuses souches différentes (voire des hybrides) avec une rusticité très variable. ‘Cagire’, une souche sélectionnée par l’AFOCEL, résiste jusqu’à -18°C.

Eucalyptus ignorabilis : petit à moyen jusqu'à 20 m, rejette de souche ; éparpillé sur les chaines et collines côtières du Sud du Victoria, depuis Erica et plus à l’Est dans l’Est Gippsland, jusqu’à la région de Nadgee dans l’extrême Sud de la Nouvelle Galle du Sud. Résistant jusqu'à -8°C, peut-être moins ? J'ai probablement, de semi à la place d'E. nicholii. Il n'aime pas beaucoup les journées sans dégel, et les embruns ! Mais il résiste assez bien à la sécheresse.

Eucalyptus johnstonii : moyen à grand jusqu’à 50 m, rejette de souche ; endémique du Sud-Est de la Tasmanie, au-dessous de 900 m, depuis les environs du Mont Field et plus au Sud-Est en incluant l’île Bruny et la Péninsule de Tasman, sur des sols tourbeux, mal drainés, et temporairement inondés. Résistant jusqu’à -10/-12°C, voire -15°C ? J'ai eu. Mais j'ai dû l'arraché, mal placé dans le futur potager ! Vu au Conservatoire Botanique National de Brest. Plutôt assez résistant à la sécheresse, malgré sa région d’origine bien et régulièrement arrosée.

Eucalyptus kartzoffiana : petit à moyen jusqu'à 30 m, rejette de souche ; Est des plateaux du Sud de la Nouvelle Galle du Sud, dans les environs des rivières Majors, Bell et Araluen, au Sud-Est de Braidwood, sur des sols granitiques. Résistant jusqu'à -9/-10°C. Vu au Conservatoire Botanique National de Brest.

Eucalyptus kitsoniana : petit à moyen jusqu’à 16 m (Mallee parfois), rejette de souche ; endémique du Victoria, en zone côtière, principalement à Wilsons Promontory et entre Portland et l’estuaire de Glenelg rivière, mais aussi disséminé à Cap Otway, parfois dans des zones marécageuses. Résistant jusqu’à -10°C. Il supporte d’avoir les pieds dans l’eau. Mais il doit être aussi assez résistant à la sécheresse, s’il a une atmosphère humide (proximité de la côte).

Eucalyptus kybeanensis : petit jusqu’à 10 m (Mallee souvent), rejette de souche ; aire limitée et disséminée dans les régions sub-alpines (typiquement entre 1200 et 1500 m) de l'Est du Victoria, depuis les Monts Useful et Wellington dans le Sud, vers le Nord-Est jusqu’au Plateau de Nunniong et le Mont Seldom Seen, et les régions voisines du Sud-Est de la Nouvelle Galle du Sud, au Nord jusqu’à la Chaîne de Kybean. Il pousse dans des régions très arrosées, sur les crêtes rocheuses bien drainée et dans les vallées. Résistant jusqu'à -12/-14°C. J'ai. Il supporte moyennement la sécheresse, ainsi que les fortes chaleurs, et n’aime pas avoir les pieds dans l’eau. Il semble être sensible au calcaire.

Eucalyptus laevopinea : moyen à grand jusqu’à 40 m, rejette de souche ; depuis les plaines du Centre Ouest, du Nord de Rylstone et Merriwa, jusqu’aux flancs Ouest des Plateaux du Nord de la Nouvelle Galle du Sud, s’étendant jusqu’à la région de Warwick et Stanthorpe au Sud-Est du Queensland, avec une possible population isolée plus au Nord dans la Chaîne de Carnavon, souvent sur des sols basaltiques. Résistant jusqu’à -10°C.

Eucalyptus largiflorens : petit à moyen jusqu’à 20 m, rejette de souche ; disséminé dans les plaines inondables du bassin des rivières Murray et Darling, depuis le Sud-Ouest du Queensland, l’Ouest de la Nouvelle Galle du Sud, le Nord-Ouest du Victoria et l’Est de l’Australie Méridionale, également présent au Nord d’Adélaïde, et un peu moins abondant dans les bassins des lacs Frome et Eyre dans le Nord-Est de l’Australie Méridionale. Il pousse dans des plaines inondées irrégulièrement, sur des sols argileux gris à gris-brun. Il tolère mieux la sécheresse qu’E. camaldulensis. Résistant jusqu’à -6°C. Résistant à la sécheresse.

Eucalyptus leucoxylon : petit à moyen jusqu’à 25 m, rejette de souche ; disséminé depuis le Sud-Est de l’Australie Méridionale, à l’Ouest et au Centre du Victoria, et au Sud de la Nouvelle Galle du Sud. Résistant jusqu’à -6 à -10°C selon les sous-espèces, et il y en a : ssp. leucoxylon (-10°C) ; ssp. bellarinensis ; ssp.megalocarpa sous-espèce côtière du Sud-Est de l’Australie Méridionale, et de l’extrême Sud-Ouest du Victoria (-6°C) ; ssp. petiolaris = E.petiolaris ; ssp. pruinosa, ssp. stephaniae ; sans compter les variétés … Résistant à la sécheresse. Il existe des variété à fleurs colorées, mais souvent plus gélives.

Eucalyptus ligustrina : arbuste ou petit arbre jusqu’à 7 m (Mallee souvent), rejette de souche ; endémique de la Nouvelle Galle du Sud, avec une aire morcelée depuis Bulli Pass et Jamberoo Pass jusqu’aux Montagnes Bleues à l’Ouest de Sydney, également le Plateau des Kings, et au Nord jusque sur les Plateaux du Nord, ainsi que la Chaîne de Gibraltar au Nord-Est de Glen Innes, sur des sols pauvres gréseux ou dérivé de granites. Résistant jusqu’à -10/-12°C.

Eucalyptus macarthurii : moyen à grand jusqu'à 40 m, rejette très bien de souche ; Plateaux du Centre et du Sud de Nouvelle Galle du Sud, entre les Montagnes Bleues et Goulburn. Résistant jusqu'à -10°C, voire -15°C ? J'ai. Vu de superbes sujets au Pays-Basque, d'autres le long de la N10 en Gironde, ainsi qu'à Mérignac, et sur l’île d’Aix. Il n'aime pas le calcaire actif, ni les embruns ! Assez résistant à la sécheresse.

Euycalyptus macroryncha : petit à grand jusqu’à 35 m, rejette de souche ; aire disséminée sur des sols relativement secs et pauvres, sur les collines et plateaux depuis Stawell dans l’Ouest du Victoria, vers l’Est jusqu’à la partie amont de la rivière Genoa, et au Nord à travers les plateaux et les plaines de Nouvelle Galle du Sud jusqu’à Warialda, avec quelques populations isolées sur les collines des plaines du Sud-Ouest, comme au Mont Bingar au Nord-Est de Griffith, et une population particulièrement isolée dans le district de Clare en Australie Méridionale. Pousse sur des sols bien drainé. Résistant jusqu’à -10°C. Il n’aime donc pas les terrains inondables. Il n’aime pas non plus les sols basiques (calcaire).

Eucalyptus maculata : de son nouveau nom Corymbia maculata depuis 1995, moyen à grand jusqu’à 45 m, rejette de souche ; dans les plaines et sur les collines le long de la côte de la Nouvelle Galle du Sud, au Nord jusqu’à Taree, également une population isolée au Victoria au Nord-Ouest d’Orbost, dans la Chaîne de Mottle, près du Mont Tara, au Sud de Buchan. Résistant jusqu’à -5°C. Proche cousin de C. citriodora, un peu plus gélif, dont le feuillage à dégage une odeur citronnée.

Eucalyptus mannifera : petit à moyen jusqu’à 20 m, rejette de souche ; répandu mais dispersé dans le Nord-Est du Victoria, depuis les collines près de la côte dans la région d’Orbost dans l’Est Gippsland, à travers la région alpine jusqu’au Mont Buffalo et près de Beachworth, s’étendant en Nouvelle Galle du Sud, principalement le long des plaines de l’Ouest et des plateaux de la Cordillère Australienne, au Nord jusqu’à la région de Rylstone. Au Victoria, l’espèce est présente depuis les collines jusqu’aux montagnes à moyenne altitude, sur les pentes bien drainées et les crêtes. Résistant au moins jusqu’à -10°, voire -14°C, selon les sous-espèces. J'ai. Il supporte d'avoir temporairement les pieds dans l'eau, bien qu'il soit originaire de terrains souvent rocailleux et drainants. Il résiste assez bien a la sécheresse. Mais il a la mauvaise réputation de perdre ses branches lors des périodes sèches et chaudes. Elles sont effectivement très cassantes. Et je déconseille quiconque d'essayer de monter dans un E. mannifera !

Eucalyptus melliodora : petit à moyen jusqu’à 30 m, rejette de souche ; disséminé et moyennement commun, au Victoria, depuis l’Ouest des Grampians, vers l’Est jusqu’à la région amont de la Rivière Snowy, incluant la région des lacs du Gippsland, et vers le Nord jusqu’en Nouvelle Galle du Sud, puis au Queensland jusqu’à la région de la Chaîne de Carnavon. Résistant jusqu’à -7/-8°C. Il n’aime pas les climats trop humides. Très florifère pour la production de miel.

Eucalyptus michaeliana : petit à moyen jusqu’à 30 m, rejette ou pas ? Présent entre Cessnock et Wiseman’s Ferry sur la côte Centrale, et autour d’Hillgrove et d’Enmore sur les Plateaux du Nord de la Nouvelle Galle du Sud, et juste plus au Nord à la frontière avec le Queensland, près du Mont Ballon et de la Chaîne de MacPherson. Résistant jusqu’à -8/-10°C.

Eucalyptus moorei : petit jusqu’à 7 m (Mallee), rejette de souche ; présent sur plusieurs hautes montagnes de Nouvelle Galle du Sud, sur des sables grossiers près de zones marécageuses ou humides, mais légèrement au-dessus. Résistant jusqu'à -14°C. J'ai eu. Mais il n’a pas aimé avoir les pieds dans l'eau !

Eucalyptus neglecta : petit jusqu’à 10 m (Mallee), rejette de souche ; endémique du Victoria, sur les hauts plateaux et dans les vallées de l'Est et du Centre-Est, comme la partie amont de la rivière Buckland au-dessus de Porepunkah, la partie amont de la rivière Livingston au-dessus d’Omeo, la partie amont de la rivière Jamieson, et les Dargo High Plains. Résistant jusqu'à -15°C, voire moins ! J'ai. Vu sur l'île d'Aix. C'est un original ! Il est atypique avec ses grosses feuilles juvéniles, qui persistent sur les arbres adultes. Il est aussi étonnamment résistant, supporte d'avoir les pieds dans l'eau, assez bien la sécheresse, la chaleur, le gel dés son jeune âge, et partiellement l’ombre. Mais il n'aime pas le calcaire actif !

Eucalyptus nicholii : petit à moyen jusqu’à 15 m, rejette de souche ; sur les Plateaux du Nord de la Nouvelle Galle du Sud, depuis Armidale au Sud, jusqu’à Glenn Innes au Nord, habituellement confiné sur des sols granitiques. Résistant jusqu'à -8°C, voire -14°C ? Je croyais avoir. Mais mon semi ressemble plus à E. ignorabilis (feuilles trop larges à tous les stades, écorce partiellement caduque). E. nicholii a des feuilles fines très décorative , et une écorce persistante. Résistant à la sécheresse.

Eucalyptus niphophila : voir E. pauciflora ssp. niphophila .

Eucalyptus nitens : moyen à grand jusqu'à 70 m, ne rejette pas de souche, sauf peut-être quand il est encore jeune, mais il a des bourgeons épicormiques ; hautes terres (entre 800 et 1400 m) de Nouvelle Galle du Sud, depuis Point Lookout, Majors Point, le Mont de Barren et Barrington Tops, dans le Nord de la Nouvelle Galle du Sud, et dans le Sud de la nouvelle Galle du Sud, depuis Parkers Gap, vers le Sud jusqu’au Centre-Est du Victoria, jusqu’à la Chaîne Bleue, Mont Monda et Mont Torbreck, et au Sud jusqu’au Mont Erica. Résistant jusqu'à -12/-15°C. Je croyais avoir, mais j'ai en fait E. denticulata. Il semble plus résistant à la sécheresse qu’il n’y parait, si le sol est assez profond. Il remplace souvent E. globulus en sylviculture quand le climat devient trop froid.

Eucalyptus nitida : moyen à grand jusqu’à 40 m (Mallee parfois), rejette de souche ; endémique de la Tasmanie, limité à la moitié Ouest très pluvieuse, ainsi que les îles du groupe Ferneaux, principalement à basse altitude, sur des sols sableux. Résistance jusqu’à -9°C, voire -12°C. Probablement intolérant à la sécheresse, mais nécessite quand même un sol drainant.

Eucalyptus nortonii : petit à moyen jusqu’à 15 m (Mallee souvent), rejette de souche ; depuis le Sud des Plateaux du Nord de la Nouvelle Galle du Sud, depuis Tamworth, à travers les collines des Plateaux du Sud, jusqu’au Victoria, vers l’Ouest depuis la Chaîne des Pyrénées jusqu’à la région de Castelmaine, sur le sommet des collines et des crêtes dans des sols rocheux, pauvres, drainants, et parfois secs. Résistant jusqu’à -10°C. Résistant à la sécheresse, nécessite un bon drainage.

Eucalyptus nova-anglica : petit à moyen jusqu’à 15 m, rejette de souche ; depuis Walcha sur les Plateaux du Nord de la Nouvelle Galle du Sud, aussi bien sur des sols granitiques que basaltiques, et à l’extrême Sud-Est du Queensland, depuis Castle Rock, jusqu’à Bald Rock en Nouvelle Galle du Sud, au Nord de Poziere. Résistant jusqu’à -14°C. Je pensais avoir semé, mais cela ressemble plus à E. smithii.

Eucalyptus ovata : petit à moyen jusqu’à 25 m, rejette de souche ; disséminé dans les parties les plus humide du Sud-Est Australien, depuis l’île Kangourou, les Monts Lofty, la Péninsule Fleurieu et le Sud-Est de l’Australie Méridionale, la Tasmanie, ou il est seulement absent des régions les plus montagneuses, et les plus arrosées du Centre et du Sud, moitié Sud du Victoria, au Nord jusqu’aux Grampians, aux Plateaux du Sud de la Nouvelle Galle du Sud, jusqu’à Hill Top, sur des sols mal drainés et dans les vallées inondables. Résistant jusqu’à -12°C. Intéressant pour les sols lourds et inondables.

Eucalyptus parvula (souvent appelé E. parvifolia, E. parviflora, voire E . parvifructa, qui cette dernière est une sous-espèce d’E. pauciflora …) : petit 10 m, parfois plus en culture ! Rejette de souche ; Aire limitée, et disséminée sur les plateaux du Sud de la Nouvelle Galle du Sud, à l’Est de Cooma, depuis les environs de Badja, vers le Sud jusqu’à Dragon Swamp près de Cathcart, de préférence sur de sites froid et marécageux dans les vallées herbeuses. Résistant jusqu’à -12/-15°C. J’ai. Il tolère d’avoir temporairement les pieds dans l’eau, résiste assez bien à la sécheresse et tolère assez bien le calcaire. Le rêve ! Il est trop petit, et surtout avec un fut trop court, pour être utilisé en sylviculture. Mais pour le jardin, il pousse nettement plus vite, et prend des dimensions plus grandes en culture, que dans son pays d’origine, parfois plus de 10 m en moins de 10 ans ! Le feuillage juvénile est utilisé dans les bouquets.

Eucalyptus pauciflora ssp. debeuzevillei (= E. debeuzevillei) : petit jusqu’à 10 m (Mallee parfois), rarement plus, rejette de souche ; présent sur les hautes montagnes, au Sud depuis le Mont Franklin dans le Territoire de la Capitale Australienne, vers le Nord jusqu’à la Chaîne de Jounama près de Yarrangobilly, et la région du Pic Yaouk, tous les deux au du Sud-Est de la Nouvelle Galle du Sud. Résistant jusqu’à -15, voire -20°C. J’ai. Vu sur l’île d’Oléron. Il est de croissance plutôt lente, comme presque toutes les espèces alpines et sub-alpines. Mais il est plus tolérant à la sécheresse, à la chaleur, et au calcaire que E. pauciflora ssp. niphophila.

Eucalyptus pauciflora ssp. niphophila (= E. niphophila) : petit jusqu’à 10 m (Mallee souvent), rejette de souche, et repousse souvent à travers l’écorce des branches ou du tronc ; sur les plus hautes montagnes (habituellement au-dessus de 1000 m, et jusqu’à 2100 m, ce qui en fait l’arbre qui pousse à l’altitude la plus élevée d’Australie), dans les Montagnes Snowy du Sud de la Nouvelle Galle du Sud, également dans de nombreux endroits du Parc National Kosciuszko, s’étendant jusqu’à Bimberi dans le Territoire de la Capitale Australienne, et au Victoria, au Mont Hotham, Mont Bogong, et la Bogong High Plain, Mont Torbreck et Mont Wellington. Le plus résistant au froid de tous les Eucalyptus, au moins -15°C, voire jusqu’à -23°C. Hélas, il y a des confusions au sein des sous-espèces d’E. pauciflora, et des hybrides ... J’ai, de 2 origines différentes, avec 2 aspects proches, mais sensiblement différents. Il est de croissance lente pour un Eucalyptus, généralement moins de 1 m la meilleure année. Comme c’est une espèce alpine et sub-alpine, elle n’aime pas la chaleur, et craint la sécheresse. Elle n’aime pas non-plus avoir les pieds dans l’eau. Elle est aussi sensible au calcaire.

Eucalyptus pauciflora ssp. pauciflora (= E. pauciflora) : petit à moyen jusqu'à 30 m, rejette de souche ; disséminé dans les parties les plus fraîches du Sud-Est Australien, depuis la région de Stanthorpe au Sud du Queensland, puis à travers les montagnes et plateaux de la Nouvelle Galle du Sud, du Victoria, jusqu’en Australie Méridionale, mais uniquement au Mont Gambier (petit mont de l’extrême Sud-Est), et en Tasmanie, dans la moitié Est, plus chaude et plus sèche. Il est toujours sur des sols bien drainés. Résistant jusqu’à -12/-15°C. J’ai. Vu sur les îles d’Oléron et d’Aix, au Pays-Basque et en Bretagne. Il aime les régions régulièrement arrosées. Mais il n’aime guère avoir les pieds dans l’eau. Il tolère tout de même la sécheresse, et le calcaire dans une certaine mesure.

Eucalyptus perriniana : petit jusqu’à 8 m (Mallee parfois), parfois plus en culture ! Rejette de souche ; une répartition très éparpillée à travers 3 états. Au Victoria, l’espèce est disséminée dans les plus hautes zones de la région alpine, depuis la Chaîne Bleue à travers les Dargo High Plains jusqu’au Nunniong Plateau, ou l’espèce est présente sur les crêtes alpines rocheuses mal drainées et les plateaux vallonnés. L’espèce est également présente dans les Montagnes Snowy jusqu’à la Chaîne Tindbindilla, en Nouvelle Galle du Sud. En Tasmanie, l’espèce est connue dans 2 localités, au Nord de Strickland et à Hungry Flats, ou il occupe des sols sableux, dans de vastes et faibles dépression à plus basse altitude que les populations du continent. Résistant jusqu’à -15/-17°C. J’ai. Vu sur l’île d’Oléron et à Tarbes. Il est caractérisé par ses feuilles juvéniles opposées, soudées, qui entourent entièrement le rameau. Comme si le rameau passait à travers une feuille unique circulaire. Il tolère les sols temporairement gorgés d’eau, assez bien la sécheresse malgré son origine, et moyennement le calcaire.

Eucalyptus polyanthemos : moyen jusqu'à 20 m, rejette de souche ; disséminé dans le Sud-Est de l’Australie, depuis les Plateaux du Centre et les plaines du Centre Ouest de la Nouvelle Galles du Sud, jusqu’à l’Est et au Centre du Victoria, habituellement sur sols superficiels. Résistant jusqu’à -5/-7°C. Vu à Perpignan. A réserver au pourtour méditerranéen et aux régions les plus douces du littoral Atlantique.

Eucalyptus pseudoglobulus : voir E. globulus ssp. pseudoglobulus .

Eucalyptus pulchella : petit à moyen jusqu’à 25 m, rejette de souche ; endémique du Sud-Est de la Tasmanie, ou il est présent depuis la région de St Marys, au Sud jusqu’à la partie aval de la rivière Huon, sur les collines, les crêtes et les pentes bien drainées, aux expositions Nord et Ouest, à basse altitude. Résistant jusqu’à -8/-10°C. Il aime les sols drainants, mais réclame des arrosages réguliers, même s’il peut tolérer la sécheresse passagère. Feuilles adultes très fines, presque linéaires.

Eucalyptus pulverulenta : petit jusqu’à 10 m (Mallee souvent), rejette de souche ; dans plusieurs zones disjointes depuis l’Ouest des Montagnes Bleues à l’Ouest de Sydney, vers le Sud sur les collines à l’Est de Bredbo et Cooma sur les Plateaux du Sud, et près de la frontière avec le Victoria, au Sud-Ouest de Bombala, dans l’extrême Sud de la Nouvelle Galle du Sud. Résistant jusqu’à -14°C. J’ai la forme naturelle. Sa forme horticole ‘Baby blue’ est plus présente sur le marché que la forme naturelle. Cette forme horticole présente des feuilles plus petites, et un port plus bas, presque prostré. Il tolère d’avoir temporairement les pieds dans l’eau. Il résiste assez bien à la sécheresse et au calcaire. Il passe rarement au feuillage adulte pétiolé et alterné. J’ai eu un sujet qui a fleuri en pot à 1 an et demi ! Le feuillage juvénile est utilisé dans les bouquets.

Eucalyptus racemosa ssp. rossii = E. rossii : petit à moyen jusqu’à 15 m (parfois mallee), rejette de souche ; endémique de Nouvelle Galle du Sud, sur les Plateaux et les Plaines de l’Ouest de la Cordillère Australienne, depuis Bombala et près d’Albury, au nord jusqu’à Warialda et Tenterfield. Résistant jusqu’à -8°C. Belle écorce, parfois avec des gribouillages (scribbles) traces de larves d’insectes.

Eucalyptus radiata : petit à grand jusqu’à 40 m, rejette de souche ; Disséminé depuis le Centre du Victoria, à travers les régions montagneuses de la Nouvelle Galles du Sud, jusqu’aux plateaux du Sud-Est du Queensland, dans les régions fraîches et les mieux arrosées ; également une petit population au Nord-Ouest de la Tasmanie ; sur des sols bien drainés. Résistant jusqu’à -9°C. Il nécessite un bon drainage mais avec des pluies régulières.

Eucalyptus regnans : moyen à grand jusqu'à 90 m, ne rejette pas de souche ; en peuplement souvent pur dans les régions les plus arrosées des hautes terres de l’Est du Victoria au Sud de la Cordillère Australienne, à l’Est depuis Bonang jusqu’aux Chaînes de Strzelecki et Dandenong, avec une petite population au Mont Macedon dans les Chaînes d’Otway, et en Tasmanie, dans le Nord-Est, et les Huon et Derwent vallées, également un peu dans l’intérieur le long de la côte Nord. Il préfère les régions très arrosées, ainsi que les sols profonds et fertiles. Résistant jusqu’à -8/-11°C. Il n’aime pas la sécheresse ! Il est a réserver aux régions régulièrement ou très arrosées, et relativement douces, Bretagne et Pays-Basque par exemple. Il supporte les inondations temporaires.

Eucalyptus risdonii : petit jusqu’à 8 m (Mallee), rejette de souche ; endémique de la Tasmanie, aire limitée, disséminé à l’Est de la Derwent rivière, dans la partie aval près d’Hobart, incluant une partie de la Chaîne Meehan, sur les basses collines, sur les crêtes et le haut des pentes orientées au Nord-Ouest, dans des sols caillouteux, et avec une saison sèche marquée. Résistant jusqu’à -8°C, voire -10°C ? C’est l’une des espèces Tasmaniennes les plus résistante à la sécheresse. Le feuillage reste au stade juvénile, et peu servir pour la décoration des bouquets.

Eucalyptus robusta : moyen jusqu'à 30 m, rejette de souche ? ; sur la côte Est de l’Australie depuis Moruya en Nouvelle Galle du Sud, jusqu’au Nord-Ouest de Bundaberg au Queensland, incluant au plus au Nord Stradbroke, Moreton et l’île Fraser. Il occupe des zones marécageuses. Résistant, si bref, jusqu’à -5°C ? Vu à Ajaccio. A réserver aux régions les plus douces du littoral méditerranéen.

Eucalyptus rodwayi (cousin tasmanien d'E. aggregata) : petit à moyen jusqu’à 25 m, rejette de souche ; endémique de la Tasmanie, disséminé à l’Est et au Centre, en dehors de la côte, dans les zones mal drainées, communément à moyenne et assez haute altitude (jusqu’à 1000 m), souvent dans des trous à froid. Résistant jusqu’à -15°C. J’ai. Le sol gorgé d’eau ne lui pose aucun problème. Il résiste bien à la sécheresse, même si la croissance s’en ressent. Et il semble bien tolérer le calcaire.

Eucalyptus rossii : voir Eucalyptus racemosa ssp. rossii

Eucalyptus rubida : feuilles juvéniles arrondies et pruineuses, feuilles adultes vert-grisatre à bleuté, ternes, rameaux souvent pruineux, petit à moyen jusqu’à 30 m, rejette de souche ; disséminé, habituellement sur des sols peu profonds et pauvres, sur les collines, plateaux et montagnes de l’Est de la Tasmanie, depuis Halls Gap vers l’Est jusqu’au Mont Delegate sur la face nord de la Cordillère Australienne au Victoria ; et à travers les plateaux du Sud ainsi que sur les Plateaux du Nord au Nord-Ouest d’Armidale en Nouvelle Galle du Sud. Résistant jusqu’à -14/-15°C.

Eucalyptus scoparia : petit à moyen jusqu'à 15 m, rejette de souche ; aire limitée à quelques monts granitiques de la Cordillère Australienne, dans la province de Wallangarra (Castle Rock, Bald Rock, et le Mont Norman)près de la frontière entre le Queensland et la Nouvelle Galle du Sud, et un peu plus au Sud près de Tenterfield. Résistant jusqu’à -10°C. Feuillage adulte très fin. C’est un proche cousin d’E. mannifera.

Eucalyptus serraensis (nouvelle espèce décrite en 1993 après la suppresion d’E. alpina, qui était probablement un hybride entre E. baxteri et, E. serraensis ou E. verrucata): petit jusqu’à 7 m (Mallee souvent), rejette de souche ; endémique des crêtes rocheuses de grés des Grampians au Victoria, depuis la région de Wonderland vers le Sud jusqu’à Teddy Bear Gap. Résistant jusqu’à -6°C. Il est moyennement résistant à la sécheresse, et n’aime pas les sols gorgés d’eau, ni les eaux salines. On peut le trouver sous le nom E. alpina, tout comme son cousin E. verrucata. Il a des feuilles plus étroites (30 à 50 mm) et des fruits au plus petits en diamètre (11 à 18 mm) que son cousin E. verrucata (respectivement 45 à 90 mm et 16 à 25 mm).

Eucalyptus sideroxylon : petit à moyen jusqu’à 25 m, rejette de souche ; disséminé depuis Winton au Nord du Victoria, puis vers le Nord à travers les plaines et vallées à l’Ouest de la Cordillère Australienne en Nouvelle Galle du Sud, jusqu’au Sud-Est du Queensland, comme dans la Chaîne Carnavon, également à l’Ouest de Sidney. Résistant jusqu’à -5°C, peut-être moins ? Résistant à la sécheresse. Arbre ornemental cultivé pour le contraste entre l’écorce brune et le feuillage argenté, ainsi que pour sa floraison parfois colorée. A réserver aux zones douces du littoral méditerranéen, de Bretagne et du Pays-Basque.

Eucalyptus smithii : petit à grand jusqu'à 45 m (Mallee parfois), rejette de souche ; présent dans l’Est des plateaux du Centre et du Sud de la Nouvelle Galle du Sud, jusqu’au Sud-Est du Victoria, jusqu’à Licola vers l’Ouest, sur les crêtes rocheuses et le sommets des collines, sur des sols bien drainés. Résistant jusqu’à -10°C, voire moins ! J’ai, de semi à la place d’E. nova-anglica. Il a subi -10,7°C au sol lors de son premier hiver, avec 2 jours sans dégel, en janvier 2003. Il a seulement perdu l’extrémité de ses pousses, et est reparti vigoureusement au printemps. Il tolère d’avoir temporairement les pieds dans l’eau, et assez bien la sécheresse. Il pousse rapidement, comme son proche cousin E. viminalis. Chez moi, sa floraison est plus précoce, à 3 ans, contre 8 pour viminalis, et nettement plus abondante. Il se ressème abondamment dans les pots que je met dessous à l’ombre l’été.

Eucalyptus stellulata : petit à moyen 15 m (Mallee parfois), rejette de souche ; disséminé dans les zones fraîches, de la région alpine du Victoria, s’étendant en Nouvelle Galle du Sud dans les régions des plateaux frais, jusqu’à la région de Tenterfield. Il est présent moyenne et haute altitude, localement dans des milieux humides, également dans des poches froides mal drainées. Résistant jusqu’à -15°C. J’ai. Il support très bien d’avoir les pieds dans l’eau, et malgré tout assez bien la sécheresse, ainsi qu’un peu le calcaire. Une espèce intéressante pour les régions fraîches et humides, voire les terrains lourds.

Eucalyptus strzeleckii : voir E. brookeriana.

Eucalyptus sturgissiana : petit jusqu’à 5 m (Mallee), rejette de souche ; confiné dans une zone à l’Ouest et au Sud-Ouest de Nowra près de la côte Sud de la Nouvelle Galle du Sud, principalement sur des plateau gréseux mal drainés dans le Parc National de Morton, mais il est aussi présent dans les plaines plus à l’Est, mais jamais sur la côte. Résistant jusqu’à -10°C.

Eucalyptus subcrenulata : petit à parfois grand jusqu'à 60 m (Mallee parfois), rejette de souche ; dans les hautes terres (principalement entre 700 et 1100 m) du Centre et de l’Ouest de la Tasmanie, comme le Parc National du Mont Field, le tiers Ouest, et l’Est du Plateau Central. Résistant jusqu’à -15°C. Intolérant à la sécheresse. C’est un très proche cousin d’E. johnstonii, qui s’en distingue essentiellement par ses fruits plus petits 5 à 9 mm de diamètre, contre 9 à 13 pour johnstonii. Les feuilles sont également un peu plus petites.

Eucalyptus tenuiramis : petit à moyen jusqu’à 30 m (Mallee parfois), rejette de souche ; disséminé sur les basses collines (généralement moins de 500 m) du Sud-Est de la Tasmanie, particulièrement dans le bassin de la rivière Derwent, et également la région de la péninsule Freycinet. Résistant jusqu’à -9°C. Il résiste assez bien à la sécheresse.

Eucalyptus tereticornis ssp. mediana : petit à moyen jusqu’à 25 m, rejette de souche ; endémique de l’Est du Victoria, présent depuis la vallée de la rivière Tambo vers l’Ouest jusqu’à Sale et Licola. Résistant jusqu’à -7/-8°C. J’ai eu. Mais il gelait trop souvent. Et la souche devenaient instable. Alors je l’ai arraché. Moins résistant à la sécheresse que son cousin E. camaldulensis. Il n’aime pas le calcaire actif.

Eucalyptus urnigera : petit à moyen jusqu’à 25 m, rejette de souche ; endémique de la Tasmanie, ou il est présent uniquement à haute altitude dans le Sud-Est, comme les Parcs Nationaux des Monts Field et Wellington, d’autres populations isolées existent dans la région de Alma Tier et au Mont Seymour plus au Nord, Tylers Hill dans le Sud, et sur l’île Maria à l’Est. Il pousse généralement du milieu au haut des pentes et sur les plateaux, sur les terrains montagneux et très rocheux, jusqu’à la limite des arbres. On peut rencontrer 2 formes, une verte généralement aux plus basses altitudes, et une glauque aux plus hautes altitudes. Résistant jusqu’à -15°C. J’ai la forme glauque. Vu à Biarritz, et à Brest au Conservatoire Botanique National du Vallon du Stangalar. Malgré son origine, il semble assez tolérant à la sécheresse chez moi. Il n’aime pas le calcaire actif. Il supporte temporairement d’avoir les pieds dans l’eau.

Eucalyptus vernicosa : petit jusqu'à 4 m, rejette de souche ; endémique de la Tasmanie, ou il est confiné aux montagnes et plateaux dans les régions du Sud et de l’Ouest, généralement entre 700 et 1000, mais jusqu’à 1250 m au Cap Frenchmans, et au plus bas à 250 m sur les chaînes côtières très exposées, comme la Chaîne de Norfolk sur la côte Ouest, et la Chaîne Ironbound sur la côte Sud, dans les zones exposées et faiblement drainées. Résistant jusqu’à -15°C. Vu à Florama 64. Il n’est pas intéressant pour les régions sèches. Mais il est tout de même plus résistant à la sécheresse que sa région d’origine, très arrosée, ne le laisse penser.

Eucalyptus verrucata (nouvelle espèce décrite en 1993 après la suppresion d’E. alpina, qui était probablement un hybride entre E. baxteri et, E. serraensis ou E. verrucata): petit jusqu’à 5 m(Mallee souvent), rejette de souche ; pousse sur les plus hautes pentes et crêtes gréseuses des Grampians, dans l’Ouest du Victoria, sur la pointe Sud de la Chaîne Serra, comme le Mont Abrupt. Résistant jusqu’à -5°C, peut-être -7°C ? J’ai eu. Il tolère un peu la sécheresse. Mais il n’aime pas avoir les pieds dans l’eau, ni le froid persistant. On peut le trouver sous le nom E. alpina, tout comme son cousin E. serraensis. Il a des feuilles plus larges (45 à 90 mm) et des fruits au plus grand en diamètre (16 à 25 mm) que son cousin E. serraensis (respectivement 30 à 50 mm et 11 à 18 mm).

Eucalyptus viminalis ssp. cygnetensis : écorce persistante, rugueuse, plus ou moins profondément fissurée sur le tronc et souvent les grosses branches , boutons et fruits généralement par 7, au lieu de 3 pour les deux autres sous-espèces à suivre, petit à moyen jusqu’à 22 m (Mallee parfois), rejette de souche ; présent depuis les Grampians au Victoria, vers le Sud-Ouest jusqu’au Mont Gambier en Australie Méridionale, sur l’île Kangourou, dans la région de Port Lincoln, et dans la Chaîne des Monts Lofty ou l’on trouve des plantes avec des ombelles de 3 et 7 boutons, ainsi que la ssp. viminalis. Il pousse dans des zones plates ou vallonnées, sur des sables bien drainants. Résistant jusqu’à -12°C ? Il est plus tolérant à la sécheresse et à la proximité de la mer que la ssp. viminalis.

Eucalyptus viminalis ssp. pryoriana : écorce persistante, rugueuse, plus ou moins profondément fissurée sur le tronc et souvent les grosses branches, petit à moyen jusqu’à 15 mètres (Mallee parfois) ; endémique du Sud du Victoria, plus particulièrement dans la région du Sud Gippsland, s’étendant jusqu’à la Péninsule Bellarine vers l’Ouest, et la région des lacs Entrance vers l’Est, sur des terrains vallonnés et bien drainés. Résistant jusqu’à -13°C ? Il est également plus tolérant à la sécheresse et à la proximité de la mer que la ssp. viminalis.

Eucalyptus viminalis ssp. viminalis (= E. viminalis) : feuilles juvéniles lancéolées, feuilles adultes vertes, brillantes, rameaux non-pruineux, écorce caduque, mais pouvant persister à la base du tronc, moyen à grand jusqu'à 90 m, rejette de souche ; disséminé dans les zones bien arrosées du Sud-Est de l’Australie, depuis le Sud de la Péninsule d’Eyre et l’île Kangourou en Australie Méridionale, à travers le Victoria, la Tasmanie , et l’Est de la Nouvelle Galle du Sud, au Nord jusqu’aux Plateaux entre Inverell et Deepwater à l’Est de la chaîne, sur des sols bien drainés. Résistant jusqu’à -10/-12°C, voire -15°C ? Il tolère un peu la sécheresse. Mais il se développe le plus rapidement sur des sols humides, fertiles et bien drainé. J’en ai 2. Ils ont 9 ans, et font environ 10 mètres, malgré un recépage après 2 ans suite à un -10,7°C au sol. Ils viennent de fleurir pour la première fois l’été dernier, très discrètement. C’est que les fleurs sont petites et bien haute …

Eucalyptus wilcoxii : petit jusqu’à 10 m (Mallee souvent), rejette de souche ; connu seulement de quelques localité dans le Sud-Est de la Nouvelle Galle du Sud, sur la montagne Mother Woila, Brogo Creek, Galoon Creek, et dans le Parc National de Wadbilliga. Résistant jusqu’à -9°C.

Eucalyptus yarraensis : petit à moyen jusqu’à 15 m (Mallee parfois), rejette de souche ; endémique de la partie Sud du Centre du Victoria, avec une distribution très disséminée depuis la vallée de la rivière La Trobe près de Traralgon, vers l’Ouest jusqu’à Ararat, sur des sols mal drainés, et temporairement inondés. Résistant jusqu’à -10°C.

Eucalyptus youmani : petit à moyen jusqu’à 20 m, rejette de souche ; depuis les Plateaux du Nord de la Nouvelle Galle du Sud, jusqu’au Queensland, au Nord-Ouest de Stanthorpe. Résistant jusqu’à -12/-14°C.

Trouver des plantules? Coup de bol, il y a parfois des arrivages en jardinerie de plants de l'année, souvent 20 à 30 cm. Mais c'est parfois la valse des étiquettes nominatives, à l'origine, ou par des clients peu scrupuleux. J'ai déjà vu E. camaldulensis étiqueté E. niphophilla, ou E. globulus étiqueté E. gunnii !

Ou alors faire ses propres semis ! Une stratification au frais, passage de 3 à 6 semaines dans leur emballage au réfrigérateur, stimule souvent la germination, surtout pour les espèces montagnardes, sub-alpines et alpines. Le semi est simple sur substrat humide, en surface, avec de la lumière. Ca lève en général en 1 à 2 semaines à 15/20°C (parfois 48h, mais aussi 1 an ...). Il faut garder le substrat humide, mais bien aérer pour éviter la fonte du semi, auquel l'Eucalyptus est très sensible. Le repiquage individuel se fait le plus souvent après l'apparition de 2 à 3 paires de vraies feuilles (les 2 premières, réniformes, sont les cotylédons et comptent pour du beurre, même si elles sont très importantes !). Et la plantation peut se faire lorsque la plantule atteint 20 à 30 cm. Dans les régions à hiver froid, la plantation se fait de préférence au printemps. Dans les régions à hiver doux, et celles à été sec, elle se fait de préférence à l'automne, le plus tôt possible après l'arrivée des pluies d'automne pour profiter au maximum du sol encore chaud avant l'hiver et faire une bonne pousse de racines.

du net (BMarennes)
Revenir en haut Aller en bas
Guigui

avatar

Masculin Messages : 4028
Date d'inscription : 26/09/2010
Age : 44
Localisation : Dans mes rèves

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 14 Déc 2010 - 17:59

Quelques photos du net :

Eucalyptus coccifera :








Eucalyptus deglupta :






Eucalyptus niphophylla :


Eucalyptus regnans :


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 14 Déc 2010 - 20:17

C'est pas mal cette grotte ! je sens les deux papys tentés pour aller y faire un tour...
On dirait deux lutins, c'est amusant...

Tu vois Guigui ce genre d'arbres extraordinaires ça n'est pas par chez nous qu'on peut en voir, c'est mon rêve ça : me promener dans ce type de forêt, mais bon l'Australie, la Tasmanie, le Brésil... c'est loin jeris

J'en ai vu de très beaux en Corse : l'E. globulus et sur l'île de Porquerolles (en face de Hyères)

Un eucalyptus qui semble quand même pas très difficile à vivre, c'est l'E. Gunni. Tu pourrais essayer, à lire ce qu'on en dit c'est peut-être jouable. J'en ai un dans mon jardin, planté à 60 cm il y a cinq ans et qui fait maintenant 5 à 6 m. Il semble bien résister au froid, au moins jusqu'à -15°.
Revenir en haut Aller en bas
Guigui

avatar

Masculin Messages : 4028
Date d'inscription : 26/09/2010
Age : 44
Localisation : Dans mes rèves

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 14 Déc 2010 - 21:48

Pas mal cette grotte oui mais avant d'en avoir une ainsi !!!!!!

Non certains poussent tres bien en France pas besoin de voir si loin !
Il faut seulement bien les choisir selon notre localité, son jardin et aussi bien
choisir ses fournisseurs car les mauvais etiquetages sont tres tres frequents !

J'en ai mis pas mal en PT sans protection et certains ont même resistés au -18,6
et presque 2 mois de non degel !!!
J'en ai remis encore en septembre (16 jeunes sujets) pour voir ce que peuvent
donner (selection venant des montagnes...)A suivre

E. gunnii est un peu juste pour ici mais avec une petite aide les 2 premiers
hivers ca passe ! Apres par la suite ils peuvent se debrouiller !

En Corse ou proche du litoral on peut se faire plaisir avec de superbes
aux floraisons colorées (autres que blanches des tres resistants...)
Pour ta zone Elsa ou tes voisin(e)s vous avez aussi du choix !
Surtout proche du point d'eau (marre, bassin, source...) ils deviennent majestueux
en peu de temps (soleil + eau = hivers doux beau )

Je ferai des photos dès qu'il fera moins froid de ceux qui auront resistés
à l hiver qui arrive (tres fort cette année Twisted Evil ) et ceux déjà instalés
si ca vous dit ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 14 Déc 2010 - 22:15

ben évidemment que ça nous dit , m'enfin jeris

Tiens une petite question Guigui pour voir si tu as la culture bande dessinée : tu sais qui disais toujours "m'enfin"

(leszotres vous ne dites rien ! chut )
Revenir en haut Aller en bas
Hélène
Admin
avatar

Féminin Messages : 41558
Date d'inscription : 25/07/2009
Age : 43
Localisation : Vaucluse

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 14 Déc 2010 - 22:22

Ces troncs d'arbre son vraiment superbes....
Quant à l'article, je le lirai plus tard, il est un peu long pour mes petits yeux de femme fatiguée... dodo

_________________
Bonne journée Invité
Solène
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jardinpassion.org
Guigui

avatar

Masculin Messages : 4028
Date d'inscription : 26/09/2010
Age : 44
Localisation : Dans mes rèves

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 14 Déc 2010 - 22:26

Okay je vais armer mon appareil et l hiver n'a qu'a bien se tenir (euh plutot mes jeunes Euca Twisted Evil )

Pour ta petite question ma chère et tendre Elsa, m'enfin ne serait ce pas de
"Gaston Lagaffe" ? hihi
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 14 Déc 2010 - 22:27

Ouuuuuuuuuuuui !!! mais c'était facile hihi

t'as rien gagné ! ah si... bisou
Revenir en haut Aller en bas
kawa83

avatar

Masculin Messages : 1124
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 58
Localisation : hyeres

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 14 Déc 2010 - 23:15

attention quand même ou vous les plantez, comme dit guigui, végétation très (voir trop..) rapide, bois relativement fragile, casse très facilement...(de nombreux élagueurs en ont fait les frais....) et surtout c'est un arbre très, très, très salissant........... les feuilles tombent toutes l'année et le tronc s'exfolie sans arrêt... à déconseillé formellement près des terrasses et des piscines......
Revenir en haut Aller en bas
Allegria
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 29860
Date d'inscription : 26/08/2009
Age : 106
Localisation : dans un coin de ciel bleu st tropez

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 14 Déc 2010 - 23:27

sans parler des feuilles et des fruits pas genial sur la pelouse
Revenir en haut Aller en bas
Guigui

avatar

Masculin Messages : 4028
Date d'inscription : 26/09/2010
Age : 44
Localisation : Dans mes rèves

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 14 Déc 2010 - 23:43


Elsa, c'est déjà pas si mal : Un bisous kikou


Kawa à raison, bien choisir son emplacement et effectivement
bien prendre en considération que l'ecorce se desquame... !!!!
Allegria bien d'autres arbres sont tout autant salissants voir pire...

Certains Euca sont de tres bon arbres pour le bois de chauffage
Rapides et peuvent etre coupés (recepés) pour de nouvelles recoltes...
Revenir en haut Aller en bas
cirrus

avatar

Masculin Messages : 1492
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 76
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Jeu 18 Aoû 2011 - 14:47

Cette année le feuillage de mon eucalyptus gunnii est particulièrement bien fourni et sa couleur bleutée est très belle, j'aime aussi sa ramure.




Revenir en haut Aller en bas
Olivier cinqneuf

avatar

Masculin Messages : 115
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 53
Localisation : Nord France

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Ven 19 Aoû 2011 - 8:05

Ces écorces sont presque trop. À peine croyable.

Sur E. deglupta (champion toutes catégories d'après ce que j'avais déjà lu et vu ailleurs), on dirait que quelqu'un a carrément versé des pots de peinture du ciel...
Revenir en haut Aller en bas
Hélène
Admin
avatar

Féminin Messages : 41558
Date d'inscription : 25/07/2009
Age : 43
Localisation : Vaucluse

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Ven 19 Aoû 2011 - 9:28

Il est magnifique. La forme du tronc est suberbe! Et cette couleur...

_________________
Bonne journée Invité
Solène
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jardinpassion.org
Mauricette
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 60889
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 66
Localisation : cazo st chinian 34

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Sam 20 Aoû 2011 - 8:10

superbe jaime jaime le tronc et les feuilles enfin tous bisou1

_________________
Pour faire un jardin, il faut un morceau de terre et l'éternité.

Gilles Clément
Revenir en haut Aller en bas
cha76



Féminin Messages : 2
Date d'inscription : 06/11/2012

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 6 Nov 2012 - 21:26

Bonjour à tous, je suis de passage sur ce forum que je ne connaissait pas, et j'espère y glaner quelques petites infos !
Mes parents sont rentrés récemment d'un voyage dans le sud et m'ont ramenés une branche d'eucalyptus, avec feuille juvéniles, et je me demandais s'il était possible de voir apparaître quelques racines sur cette malheureuse branche que je ne veux pas voir dépérir !
Si l'un de vous peut m'éclairer ! J'écouterais vos conseils avec plaisir !
à bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
nono80



Masculin Messages : 10702
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 6 Nov 2012 - 21:41

oui c'est possible, essayer de plusieurs façon,à l'étouffée dans un mélange terreau sable dans une serre chauffé ou véranda, puis aussi dans de l'eau, ajouter un morceau de charbon de bois pour que l'eau ne croupisse
procéder comme toute les boutures
Revenir en haut Aller en bas
Allegria
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 29860
Date d'inscription : 26/08/2009
Age : 106
Localisation : dans un coin de ciel bleu st tropez

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 6 Nov 2012 - 21:50

Bonjour

non pas à partir d'une branche

tu peux mais les boutures d'eucalyptus ne se font qu'avec les feuilles juvéniles (rondes).
tu peux les mettre dans l'eau à la chaleur,mini serre ou bien dans du terreau (une dizaine de cm, en enlevant les feuilles sauf le bourgeon terminal)
c'est assez difficile à clic sur le site tu aura pleins d'explications
http://faq.jardin.free.fr/FAQ-Techniqu.h…
Revenir en haut Aller en bas
nono80



Masculin Messages : 10702
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 6 Nov 2012 - 21:53

Allegria a écrit:
Bonjour

non pas à partir d'une branche

tu peux mais les boutures d'eucalyptus ne se font qu'avec les feuilles juvéniles (rondes).
tu peux les mettre dans l'eau à la chaleur,mini serre ou bien dans du terreau (une dizaine de cm, en enlevant les feuilles sauf le bourgeon terminal)
c'est assez difficile à clic sur le site tu aura pleins d'explications
http://faq.jardin.free.fr/FAQ-Techniqu.h…
c'est bien ce que je dis Coco, il me semble que cha à dit une branche à feuilles juveniles
Revenir en haut Aller en bas
Allegria
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 29860
Date d'inscription : 26/08/2009
Age : 106
Localisation : dans un coin de ciel bleu st tropez

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 6 Nov 2012 - 21:57

nono80 a écrit:
oui c'est possible, essayer de plusieurs façon,à l'étouffée dans un mélange terreau sable dans une serre chauffé ou véranda, puis aussi dans de l'eau, ajouter un morceau de charbon de bois pour que l'eau ne croupisse
procéder comme toute les boutures
Je n est pas lu ça loll
Revenir en haut Aller en bas
nono80



Masculin Messages : 10702
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 6 Nov 2012 - 22:06

cha à écrit
Mes parents sont rentrés récemment d'un voyage dans le sud et m'ont ramenés une branche d'eucalyptus, avec feuille juvéniles
Revenir en haut Aller en bas
Allegria
Modérateur
avatar

Féminin Messages : 29860
Date d'inscription : 26/08/2009
Age : 106
Localisation : dans un coin de ciel bleu st tropez

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 6 Nov 2012 - 22:11

Ok c est charlotte qui le dit ...... loll
Revenir en haut Aller en bas
nono80



Masculin Messages : 10702
Date d'inscription : 24/07/2010

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 6 Nov 2012 - 22:33

reste juste à savoir si sa branches à des rameaux, car si c'est un rameau, elle ne pourras faire qu'une boutures, mais imaginons que celle ci reprenne, et vu à la vitesse que pousse l'eucalyptus, faudra faire un trou dans le plafond
Revenir en haut Aller en bas
PalmHero34

avatar

Masculin Messages : 276
Date d'inscription : 24/03/2012
Age : 41
Localisation : Herault

MessageSujet: Re: Eucalyptus    Mar 13 Nov 2012 - 17:24

Guigui, ou peut on se procurer une espece precise d'eucaluptus?
(en jardinerie on ne trouve que gunni ou globulus) je recherches des especes resistantes au calcaire et à la secheresse et pouvant se developper sur sol "tres superficiel"
D'apres la liste je penses à bridgesiana, rubida, nitens, nicholii et parvifolia
Revenir en haut Aller en bas
http://gardenbreizh.org/photos/Lorenzo/album-30490.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eucalyptus    

Revenir en haut Aller en bas
 

Eucalyptus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JardinPassion :: LE JARDIN D'ORNEMENT :: Arbres,arbustes,arbrisseaux-